Conseils

Vous vendez votre voiture à un acheteur particulier

Conseils a particulier

Avantages

Un meilleur prix de vente : un professionnel prend une marge. Celle-ci est d’autant plus grande que le risque de garder la voiture en stock plusieurs mois est grand : la voiture décote et il faut financer. Un professionnel a des charges (importantes) et des obligations en tant que professionnels de l’automobile (garantie et responsabilité des vices cachés). Globalement, cette marge va osciller entre 1.500 et 2.000 €.

C’est assez simple et potentiellement gratuit de la mettre en vente via une annonce internet.

Inconvénients

Cela prend du temps : il faut briquer sa voiture, la mettre en vente, organiser les RDV avec les risques que cela comporte (voir ci-après).

Les risques sont nombreux !

Fuyez les histoires alambiquées, les paiements à distance, etc.
Si vous vendez votre voiture, la vente doit se faire en direct avec l’acheteur. Il y a eu de nombreuses arnaques où le soi-disant acheteur avait envoyé un chèque plus élevé au vendeur, pour que le vendeur paie par exemple le transporteur. Le chèque était faux (une banque met souvent plusieurs jours à s’en apercevoir et reprend l’argent ensuite), mais le vendeur avait été arnaqué du paiement qu’il avait fait ensuite.

Règle absolue : vérifier IMPERATIVEMENT le chèque de banque

En cherchant vous-même les coordonnées de la banque (pagesjaunes.fr)

En appelant la banque et en demandant confirmation qu’un chèque de banque a bien été émis, ainsi que le montant. Ce qui nécessite de demander le N° du chèque à votre acheteur. Ne transigez jamais avec cette règle ! Refusez une "pseudo vente" si vous n’avez pas vérifié le chèque, quelle qu’en soit la raison. Un arnaqueur en trouvera toujours une pour vous empêcher de vérifier.

Bon à savoir : ce n’est pas parce que votre banque a accepté le chèque et a crédité le montant sur votre compte que tout va bien : En cas de chèque falsifié, le montant peut être récupéré sur votre compte (chambre commerciale de la Cour de cassation, 14 février 2006, n° 05-12.805).

Paiement en espèce : contrairement aux idées reçues, il n’est pas limité entre particuliers. Par contre, il faut s’assurer que les billets ne sont pas de faux, et donc aller avec le vendeur à la banque pour vérifier les billets.

Virement : quand vous avez reçu un virement, il vous est acquis, il n’est pas repris par la banque. C’est donc un bon moyen pour recevoir de l’argent, sauf que le risque est pour l’acheteur qui n’a pas intérêt à vous virer de l’argent pour un bien qu’il ne possède pas encore.

Faux papiers. Un escroc peut vous présenter de faux papiers d’identité, donc ce n’est pas parce que vous avez une copie des documents d’identité qu’il faut être rassuré. Si vous avez validé le chèque de banque ou les espèces, vous aurez l’argent, c’est l’essentiel.

Essai : il faut avoir validé l’identité de la personne avant, la détention d’un permis en règle, le fait que vous soyez assuré s’il y a un accident avec l’autre conducteur. En sachant que rien ne garantit que les papiers sont bons. Mais ne laissez jamais une personne essayer seule la voiture, en lui laissant les papiers tant qu’à faire !

Car jacking : vous vendez une voiture haut de gamme, avec un prix élevé. Méfiance car la solution la plus simple pour vous la voler, c’est tout simplement de se présenter en tant qu’acheteur. Le voleur aura la faculté de récupérer assez facilement vos clefs, vos papiers et votre voiture. Les quelques précautions possibles sont de vérifier l’existence et les photos de votre acheteur sur internet. Comme pour un chèque de banque, l’idéal est de pouvoir trouver les coordonnées de votre client vous-même (à la maison ou au bureau) et de le contacter avec les coordonnées que vous avez trouvées.

Vice caché : l’acheteur rencontre un problème et porte plainte contre vous après l’achat pour « vice caché ». Quand vous vendez votre voiture à un particulier, notre conseil est d’avoir effectué une visite chez un professionnel juste avant l’achat. Cette visite est soit celle obligatoire (contrôle technique de moins de 6 mois pour tout véhicule particulier de moins de 4 ans), soit vous pouvez effectuer une révision avant la vente qui vous permettra de prouver que la voiture a été vérifiée par un pro.

Les problèmes peuvent être nombreux à la vente de votre voiture. Si votre voiture est assez récente (moins de 10 ans / moins de 200.000 kms), notre recommandation est donc d’estimer sa valeur de reprise par un professionnel, qui vous permettra d’arbitrer entre les risques d’une vente à un particulier et le gain financier escompté.

Faire reprendre par un pro

Conseils a professionnel

Avantages

C’est sûr.

Si vous vendez à un professionnel qui a pignon sur rue (c’est le cas des concessionnaires représentant une marque), pas de problèmes en perspective.

Attention aux « petits » professionnels, qui n’ont pas forcément de garage. Dans ce cas, vous pouvez fonctionner comme avec un particulier et demander un chèque de banque.

Inconvénients

C’est fastidieux : si vous devez comparer les prix de reprise en vous rendant sur place, ça peut vous prendre beaucoup du temps.

Comment obtenir un bon prix ? Il faut avoir les bonnes valeurs pour discuter sur de bonnes bases. C’est ce que nous vous permettons de faire avec l’estimation de reprise gratuite.

C’est ce que vous pourrez faire avec l’estimation de reprise sur ce site : vous aurez la Cote Argus officielle de la voiture, avec des prix de reprise maximum et minimum estimés, basés notamment sur la réalité des transactions constatées pour des véhicules similaires.

L’estimation des frais de remise en état : le point difficile

Si votre voiture comporte des défauts (chocs, rayures ….), ça peut chiffrer très vite. Il suffit d’aller chez un carrossier pour demander un devis, vous serez vite fixés.

Courroie ou pas ? C’est une opération onéreuse – entre 500 et 1.000 € - , qui doit être réalisée selon les préconisations du constructeur (en général entre 120.000 et 160.000 kms ou 5 à 7 ans). Certaines voitures sont équipées d’une chaine de distribution plutôt que d’une courroie. Vérifiez avant sur votre carnet d’entretien si votre moteur est équipé d’une courroie ou d’une chaine, et la périodicité afin de déterminer si ces frais doivent être chiffres ou non par le pro.

Tout dépend de l’âge de votre voiture ! Si votre voiture est âgée ou kilométrée (plus de 10 ans ou plus de 200.000 kms), il n’est pas question de la remettre en état « neuf », donc si le professionnel vous compte l’intégralité des défauts de votre voiture, il abuse. Si une voiture est récente (5 ans ou moins, 100.000 kms maxi), elle sera remise en état « quasi neuf » parce que les acheteurs seront exigeants.
Bon à savoir : si les réparations sont importantes (plus de 2 à 3.000 €), vous pouvez aussi tenter votre chance auprès d’un carrossier ou d’un petit agent. Ils peuvent probablement trouver des pièces de récupération et faire les travaux eux-mêmes à moindre frais, et vous économiser dès lors des frais de remise en état.
Avec des réparations importantes, un concessionnaire revendra probablement la voiture à un autre professionnel, par exemple en Europe de l’est (les pièces et la main d’œuvre seront plus faibles chez ce pro).

Avec l’estimation de reprise gratuite (établie grâce à l’analyse quotidienne de plus de 1 million d’annonces), vous avez une bonne base de négociation. Ensuite, il faut faire jouer la concurrence ! Il y a plus de 50 marques qui proposent 500 voitures neuves en France, à vous de mettre la pression en faisant jouer la concurrence sur plusieurs marques.

Commencer
mon estimation